Visites à domicile à Bruxelles - RENDEZ-VOUS AU 0477/89.99.62
Du lundi au vendredi de 9h00 à 16h00
Autres horaires et destinations sur demande
  • A quel âge mon chiot doit-il être vacciné ?

    L’âge préconisé pour la première vaccination dépend du statut en anticorps maternels du chiot. Ce statut dépend de l’état de vaccination de sa mère lorsque elle a mis au monde ses chiots, de la quantité de lait qu’ils ont pu téter (surtout les premiers jours). Le protocole de vaccination peut également varier en fonction du vaccin utilisé (différentes formules existent pour protéger contre une même maladie).

    Concrètement, pour un chiot dont on ne connaît pas réellement le statut mais dont on connaît l'origine (élevage, famille), on conseille généralement de faire le premier vaccin à 8 semaines, et un rappel à 12 semaines, qui lui offrira 2-3 semaines plus tard une protection complète vis-à-vis de la plupart des maladies contre lesquelles on vaccine. Une dernière injection à 16 semaines lui donnera la meilleure chance d'obtenir une immunité complète contre la parvovirose. Des vaccinations "facultatives" (contre la toux des chenils pour aller au dressage, contre la rage pour voyager) peuvent impliquer des protocoles différents, à discuter au cas par cas avec votre vétérinaire

  • Que faire si j’adopte un chien plus âgé ?

    Si votre chien a plus de 16 semaines et n'a jamais été vacciné, la primo-vaccination contre les maladies principales se fait en deux fois: un premier vaccin global, puis un rappel un mois plus tard pour une protection complète contre la leptospirose. Un rappel annuel est nécessaire, pour entretenir la protection contre la leptospirose. Les vaccins contre la plupart des autres valences en revanche doivent être réitérés tous les 3 ans.

  • Dois-je garder mon chien à l'intérieur tant qu'il n'a pas reçu tous ses vaccins ?

    Effectivement, certains chiots ne seront pas protégés à 100% avant l’âge de 17-18 semaines (si le vaccin est fait à 16 semaines). Cela étant dit, il est très important de faire connaître au chiot un environnement aussi large que possible avant cet âge. En effet, sa période de socialisation au monde, aux personnes et aux animaux qui l’entourent a lieu principalement avant 12 semaines. Vous devez donc lui présenter durant cette période (depuis son adoption) le plus possible de situations, de personnes, d’animaux, pour que plus tard dans sa vie il ne développe pas de frayeur voire de comportement d’agressivité vis-à-vis de ces choses qu’il ne connaît pas !

    Concrètement, en prenant certaines mesures* pour limiter son exposition aux maladies, profitez de cette période de vie de votre chiot pour le sortir en rue (en laisse et sur le trottoir), qu’il s’habitue aux voitures, aux passants, aux vélos ; pour lui présenter votre famille, qu’il voie des enfants et personnes de tous âges ; pour l’emmener chez des amis qui ont d’autres animaux de toutes espèces (attention méfiance quand même, ne le laissez pas prendre en bouche le hamster de votre petit neveu, même en jouant un chiot peut faire des dégâts !) ; pour déjà lui faire faire de courts trajets en voiture ; ...

    D’où l’importance, lorsque vous faites l’acquisition d’un chiot, de le choisir soit dans une famille, soit dans un élevage familial, où il aura fréquenté déjà d’autres chiens, des êtres humains (importance du contact des chiots avec l'éleveur dès les premières semaines de vie!), et idéalement d’autres animaux et des enfants.

    * Mesures à prendre : faites-le rencontrer des animaux dont vous savez les vaccinations à jour ; ne le laissez pas renifler des déjections d’animaux en rue (évitez les canisites durant cette période) ; évitez qu’il ait accès aux terrains jonchés de déchets, aux terrains fréquentés par des animaux sauvages ou errants, aux eaux stagnantes.

  • Contre quelles maladies faut-il le vacciner?

    Dans nos régions, les vaccins généralement réalisés protègent contre :

    Si votre chien doit être mis en pension dans un chenil, ou se rendre dans une communauté de chiens (par exemple au dressage), il faut le vacciner contre la toux des chenils.

    Pour que vous puissiez l’emmener à l’étranger (même au sein de la communauté européenne !), il doit être vacciné contre la rage.

    Voyager avec son animal : plus d’informations

  • Dois-je faire castrer mon chien mâle ? Pourquoi ?

    La castration d’un chien mâle, sauf cryptorchidie, n’est à priori pas nécessaire pour des raisons médicales. On ne la réalise donc pas systématiquement.

    Elle vous sera recommandée par votre vétérinaire si votre chien a des comportements problématiques liés aux hormones mâles. S'il montre de l’agressivité vis-à-vis des autres mâles ; s'il essaye de sauter sur tous les chiens croisés en rue, au risque de se voir répondre par une agression ; s'il fugue régulièrement pour courir les femelles.

    Elle peut aussi s’indiquer plus tard, lors de tumeur des testicules, de problème prostatique, ou de certaines tumeurs hormono-dépendantes, où la castration fait partie du traitement.

  • Dois-je faire stériliser ma chienne ? Pourquoi ? A quel âge ?

    La stérilisation d’une chienne est recommandée dès l’âge de 6-7 mois.

    Plus elle sera réalisée tôt, plus les risques pour la chienne de faire des tumeurs mammaires seront réduits. Une stérilisation à 6 mois avant les premières chaleurs réduit ce risque à zéro ! Or, tes tumeurs mammaires sont les tumeurs les plus fréquentes chez la chienne. Elle élimine aussi le risque de faire une infection utérine, problème fréquemment rencontré chez des vieilles chiennes non stérilisées et qui peut être mortel s’il n’est pas rapidement traité… souvent par une opération.

    Elle évite naturellement aussi les accouplements indésirables, qui peuvent se produire malgré vous si un mâle entreprenant non tenu en laisse venait à passer par là lors des chaleurs de votre chienne (qui se produisent environ deux fois par an).

  • Existe-t-il une contraception plutôt que l’opération ?

    La contraception médicale actuellement la plus accessible se fait par injections d'hormones chez votre vétérinaire. Elle a pas mal d’inconvénients qui font qu’elle est déconseillée. Elle ne peut en tout cas se faire systématiquement pendant toute la vie de la chienne, et doit être réservée aux cas particuliers, et se faire ponctuellement.

    En effet, une contraception injectable systématique augmente pour la chienne le risque d’obésité, de l’apparition de tumeurs mammaires, d’infections utérines, de diabète, de maladie de Cushing.

    Si elle doit se faire, par exemple pour éviter un accouplement non désiré pendant les chaleurs précédant un accouplement planifié, ou pour vous permettre d’économiser l’argent nécessaire à l’opération, l’injection doit avoir lieu au moins un mois avant les chaleurs prévues. Il faut la répéter tous les 4 à 6 mois.

    Une autre possibilité existe, sous forme d'implants que l'on place sous la peau du chien, et qui libèrent une substance qui bloque la production des hormones, avec beaucoup moins d'effets secondaires à la clef (même si une augmentation transitoire des comportements mâles est possible juste après l'implantation). Par contre, son prix non négligeable et le fait de devoir répéter la procédure une à deux fois par an selon l'implant utilisé font que la méthode n'est pas encore utilisée en routine pour remplacer la chirurgie (plus invasive mais avec un résultat définitif). Si vous le souhaitez, n'hésitez pas à en discuter avec votre vétérinaire.


Les informations diffusées sur ce site n’engagent que ma propre responsabilité, et sont fonction des études actuelles
qui me sont connues en médecine vétérinaire, ainsi que de mon expérience personnelle. Des avis différents peuvent être justifiés par ailleurs.